2) Reconnaissance des harkis par l'Etat Français.

 

 a) Responsabilité historique.

Cinquante ans après les accords d'Evian, les harkis, anciens supplétifs de l'armée française en Algérie, et leurs descendants, attendent, mardi 25 septembre, lors de la journée d'hommage national qui leur est consacrée, une reconnaissance par la France de leur "abandon".

Au début d'avril, François Hollande avait promis, s'il était élu à la présidence de la République, de "reconnaître publiquement les responsabilités des gouvernements français dans l'abandon des harkis, le massacre de ceux restés en Algérie et les conditions d'accueil des familles transférées dans des camps en France". Il avait affirmé en outre son intention "d'assurer aux harkis et à leurs descendants la reconnaissance de la République".

Mardi, journée d'hommage national aux harkis, instituée en 2001, c'est le ministre délégué aux anciens combattants, Kader Arif, qui présidera la cérémonie aux Invalides, à Paris, et lira un message du président Hollande, alors en déplacement à New York pour l'Assemblée générale des Nations unies.

En avril, une semaine avant le premier tour de la présidentielle, Nicolas Sarkozy s'était rendu à Rivesaltes pour honorer sa promesse faite cinq ans plus tôt, de reconnaitre officiellement la "responsabilité historique" de la France dans "l'abandon" des harkis. Les membres de la communauté avaient accueilli avec prudence le geste de Nicolas Sarkozy, notant que le candidat avait attendu le dernier moment pour tenir son engagement.

Cette reconnaissance de la responsabilité de la France est une vieille revendication des harkis et de leurs descendants, qui représentent quelque 500 000 personnes. A l'approche de la présidentielle et du 50e anniversaire de la fin de la guerre d'Algérie, ce dossier était revenu en tête des priorités du président-candidat, avec l'ambition de regagner les voix d'une communauté des harkis et des rapatriés d'Algérie que lui dispute âprement le Front National. Une étude avait montré alors que la présidente du FN, Marine Le Pen, devançait Nicolas Sarkozy auprès de cette communauté avec 28 % d'intentions de vote, contre 26 % à celui-ci. Marine Le Pen, qui a fait sa rentrée politique ce week-end, sera d'ailleurs mardi à Rivesaltes pour rendre hommage aux harkis.

Depuis 1974, des enfants de harkis ont mené des grèves de la faim et marches de protestation pour obtenir la reconnaissance de leur drame et une amélioration de leur sort. Ils ont connu une intégration très difficile en France, à la fois assimilés à des immigrés et rejetés par leurs compatriotes. 

                                                                                                                                                                                                                                 Source: http://www.lemonde.fr

b) Les harkis, toujours en attente d'une reconnaissance.  

 Aujourd'hui les harkis et leurs descendants attendent toujours une reconnaissance morale par l'Etat français. Depuis 50 ans les harkis et leurs enfants attendent une reconnaissance de l'Etat français et manifeste pour se faire entendre.                                                                                                                        

Pour Gilles Manceron, historien et spécialiste de la guerre d'Algérie, "la France n'a toujours pas officiellement reconnu le rôle qu'ont joué les harkis pendant la guerre d'Algérie, et ce malgré les promesses de Nicolas Sarkozy en 2007 et François Hollande en 2012".  "La seule chose accordée par la France est un jour de commémoration des harkis le 25 septembre, poursuit-il".

Selon lui, Kader Arif, ministre délégué en charge des Anciens Combattants, doit demander à Alger de permettre à tous les harkis de pouvoir circuler librement entre la France et l'Algérie.

"La France ressent une forme de gêne vis-à-vis des harkis, analyse t-il. C'est pour cette raison qu'elle refuse d'ouvrir véritablement ce dossier, d'autant plus qu'elle craint de se voir contrainte de lui payer des dédommagements financiers. Pourtant, selon lui, la majorité des harkis ne demandent qu'une reconnaissance moral et symbolique. Aujourd'hui la reconnaissance des harkis par l'Etat français reste à suivre.

(voir vidéos, Nicolas Sarkozy recoit les harkis à l'Elysée. 2min)     

                                                                                                                                                                                                                            Livre de Gilles Manceron. priceminister.com                                                                                                                         

                                                                                                                                                                               Source: webdoc.france24.com et lemonde.fr

                                                                                                                                                                                                     

                                                                                                                                                                                                                                                 8

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×